8.
 
Prendre des notes et rédiger
Fiches de lecture





 


   
Au fur et à mesure que l'on avance dans une recherche, de multiples informations vont s'accumuler. Il faut donc savoir comment les recueillir méthodiquement. On perd un temps considérable si les données amassées ne sont pas organisées de manière uniforme dès le début de la recherche.

En général, on travaille sur de grandes fiches cartonnées (5" x 8"), mais on peut aussi utiliser un logiciel de gestion de données bibliographiques, ce qui permet de gagner du temps. Cependant, les informations à noter sont les mêmes que l'on utilise des fiches ou un logiciel.

Les fiches de lecture servent non seulement à identifier un document et à le retrouver, mais aussi à la prise de notes en vue de la rédaction du travail de recherche.

Informations à noter sur une fiche de lecture

  • la référence complète du texte
    • nom des auteurs
    • titre du document et sous-titre s'il y a lieu
    • lieu et maison d'édition, date d'édition
    • nombre de pages
    • collection s'il y a lieu
  • la localisation du document
    (Bibliothèque des sciences humaines et sociales, Bibliothèque scientifique ou autres) comprenant la cote de rangement sur les rayons
  • le sujet
  • les mots clés
  • un résumé
    Le résumé comprend la position de l'auteur, ses arguments, ses hypothèses ses idées importantes, sa conclusion.
  • les définitions à retenir
  • des citations
    C'est à dire des phrases que l'on juge pertinentes. Elles doivent être reproduites fidèlement. Elles doivent aussi être placées entre guillemets («») et la page de l'ouvrage d'où elles ont été tirées doit être indiquée.
  • des commentaires personnels : interprétation différente de celle de l'auteur, aspects pertinents pour le travail, etc.



Exemples de fiche de lecture

Sujet : FEMME ET TRAVAIL

Référence :
Beitone, Alain et al. Dictionnaire des sciences économiques. Paris : A. Colin/VUEF, 454 p.
Localisation :
Bibliothèque des sciences humaines et sociales. BNF - Référence. HB 61 D5545 2002

Citation :
Définition du mot travail :
«Le travail désigne une activité humaine qui peut être :
• salariée lorsqu'elle a lieu dans le cadre d'une entreprise ou d'une administration; la rémunération du travail est alors le salaire ou le traitement;
• indépendante, lorsqu'elle est effectuée par des agriculteurs, des artisans ou des membres de professions libérales; la rémunération du travail est alors une composante du revenu mixte;
• domestique, lorsqu'elle est effectuée au sein du ménage : préparation des repas, entretien de l'intérieur du logement, peinture du logement, etc. Ce type de travail ne donne lieu à aucune rémunération.» (P.336)

Commentaire :
En établissant une distinction entre les formes rémunérées et non rémunérées du travail, cette définition tient compte d'un aspect souvent négligé du travail féminin : le travail domestique.

Sujet :FEMME ET TRAVAIL

Référence :
Barrère-Maurisson, , M.A. «Le concept d'activité», Crise et emploi des femmes, Paris, CNRS, Atelier production-reproduction, Cahiers no 1, février 1985, p 7-10.
Localisation :
Bibliothèque des sciences humaines et sociales. BNF - Bibliothèque du 1er cycle - Réserve - Photocopie

Mots-clés : Activité, comportements dans l'emploi, discontinuité, déterminants, emploi, inactivité, travail, travail salarié

Résumé : La réflexion de M.A. Barrère-Maurisson s'inscrit dans la continuité de l'ouvrage collectif Le sexe du travail, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1984, 320 p. L'auteure aborde les rapports entre activité et emploi, activité et inactivité avant de voir comment les comportements à l'activité sont appréhendés par les hommes et les femmes (p.7). Hypothèse : Pour rendre compte de la place réelle des femmes dans les mouvements d'activité, il importe de les situer de préférence par rapports à des déterminants structurels (p.10).
Aspects abordés :
1. Activité et emploi
2. Activité et inactivité
3. Activité et comportements d'activité : les déterminants

Définition : Par déterminants structurels, l'auteur fait référence «aux évolutions structurelles de l'appareil productif (les évolutions sectorielles - ex : celle du tertiaire - ou bien la mise en place de nouveaux modes de gestion de la main d'oeuvre comme le temps partiel) et aux évolutions démographiques (les évolutions des structures familiales, de la fécondité, les effets de génération)» (p.10).

Commentaires : L'auteur nous apprend que l'utilisation du concept d'activité renvoie à différents niveaux d'analyse et aux limites des définitions utilisées. Elle amorce une réflexion intéressante concernant l'opposition activité et inactivité qui l'amenera à traiter ultérieurement de l'interprétation des sphères de la famille et du travail. Consulter des écrits plus récents pour obtenir une réelle vue d'ensemble de la pensée de cette chercheure.




Pour en savoir plus

Dionne, Bernard. Guide méthodologique pour les études et la recherche, 3e éd. Montréal : Études vivantes, 1998.

Huot, Réjean. La pratique de recherche en sciences humaines : méthode, outils, techniques. Boucherville, Gaëtan Morin, 1992, p. 98-114

Létourneau, Jocelyn. Le coffre à outils du chercheur débutant : guide d'initiation au travail intellectuel. Toronto, Oxford University Press, 1989, p. 158-180


 

Version adaptée par la Bibliothèque de l'Université Laval
© 2000 Service des bibliothèques de l'UQAM